TAP

TAP

Théâtre Auditorium de Poitiers

La Cosa
29 Mar

La Cosa

Sur scène, 4 stères de bois – soit 1 600 bûches de 50 centimètres de longueur – 4 haches et 4 individus qui n’ont rien de bûcherons. Pour qu’on ne s’y trompe pas, ils portent d’ailleurs de simples costumes de ville. Pourtant La Cosa met les corps à rude épreuve : ils jonglent avec fureur, osent des acrobaties inédites pour finir allongés sur les bûches ou accroupis sous une arche minutieusement construite, jusqu’à l’ultime souffle nécessaire pour fendre à la hache d’énormes rondins. Il y a du danger et de la solidarité à l’œuvre, sans oublier une bonne dose d’humour, parfois involontaire, dans ce nouveau jeu de rapports humains. Un spectacle drôle, exaltant, qui nous tient en haleine.


0

commentaires

Brahms, Dvořák
28 Mar

Brahms, Dvořák

Les deux œuvres principales du programme composées à quelques années d’intervalle sont de purs exemples du Romantisme tardif d’Europe centrale. Le Double concerto de Brahms a pu être supplanté en popularité par le Concerto pour violon et la Symphonie n° 8 de Dvořák par la Symphonie du Nouveau Monde, mais quelle énergie, quelle verve dans ces œuvres de compositeurs au sommet de leur inspiration ! Le Double concerto d’un Brahms dans sa pleine maturité (exemple unique d’association du violon, du violoncelle et de l’orchestre) est porté par deux exceptionnels jeunes musiciens. Xu Zhong, invité régulier de l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine, est aussi un virtuose du piano, rompu à la musique de chambre, autant dire le partenaire idéal pour un dialogue avec ces solistes. Nous pourrons aussi entendre les réjouissantes Danses Hongroises de Brahms et notamment la 5e, rendue plus célèbre encore par Charlie Chaplin avec la scène d’anthologie du Dictateur !


0

commentaires

Un Poco Loco
27 Mar

Un Poco Loco

Ce trio un peu fou met à nu les grands thèmes de l’histoire du jazz pour les parer de nouvelles tonalités, inattendues et raffinées. Improvisateurs hors pairs, l’Aquitain Fidel Fourneyron au trombone [au TAP en 2016 avec ¿Que vola?], Geoffroy Gesser (saxophone ténor et clarinette) et Sébastien Beliah (contrebasse) isolent quelques notes, extrapolent un passage et s’autorisent une réinvention révérencieuse mais fantaisiste. Le trio offre au TAP deux programmes. Feelin’ Pretty, ou la facétieuse relecture de West Side Story, juxtapose reprises de Leonard Bernstein et intermèdes originaux. Ornithologie, nouvelle création, revisite la virtuosité du Bird Charlie Parker, ses envolées exubérantes, ses rythmiques bouillonnantes. Un Poco Loco chahute le jazz et nous avec.


0

commentaires

À vif
25 Mar

À vif

Kery James, figure charismatique du rap français, projette pour la première fois sa prose au théâtre. Depuis La Vie est brutale il y a 25 ans jusqu’à Mouhammad Alix en 2016, il interpelle la jeunesse et les gouvernants sur l’état de la cité. Avec À vif, nous voici à l’École du Barreau de Paris face à Soulaymaan Traoré et Yann Jaraudière, deux jeunes élèves avocats en finale d’un concours d’éloquence, interprétés par Kery James et Yannik Landrein. Une question : l’État est-il seul responsable de la situation dans les banlieues ? Dans ce débat poétique et politique, avec des images et des rimes, l’exaltante véhémence perce la violence sociale et la vie intime. Avec le succès de cette première pièce théâtrale, cet artiste du verbe rapproche des mondes en apparence éloignés. Cette joute verbale est à voir.

Lundi 25 mars : 20h30
Mardi 26 mars : 19h30


0

commentaires

Cosmos 1969
22 Mar

Cosmos 1969

1969, année mythique : l’homme marche sur la Lune et, sur Terre, lance le synthétiseur. Passionné d’astronomie, le compositeur Thierry Balasse [au TAP avec La Face cachée de la lune en 2014 et Concert pour le temps présent en 2016] conçoit la bande-son imaginaire de la mission Apollo 11 pour six musiciens et une acrobate aérienne. Tubes cosmiques (Pink Floyd, The Beatles, David Bowie et King Crimson) et création sonore remémorent le vol, invoquent la vibration originelle et l’onde gravitationnelle. La spatialisation du son fait écho à la création lumineuse imaginée par Yves Godin. Flottant au-dessus des musiciens, l’acrobate est Neil Armstrong, le corps soumis à une pesanteur modifiée. Une odyssée sensorielle et métaphysique.


0

commentaires