Cyclisme/Covid-19 - La FDJ Nouvelle-Aquitaine zappe le GP du Samyn

Posté le - Actualités

L'équipe cycliste de la FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope n'a pas participé au GP de Samyn, prévu aujourd'hui en Belgique. Une suspicion de cas de Covid-19 au sein de l"équipe a précipité cette décision, dans l'attente des résultats définitifs. La formation poitevine doit en théorie s'aligner sur le Strade Bianche, samedi en Italie. Rappelons que l’Italienne Marta Cavalli a décroché samedi une encourageante 9e place à l’Omloop Het Nieuwsblad, première course de la saison pour elle et son équipe sur le circuit du World Tour. 

 

Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/article-16547/c...
0

0

commentaires

Pas de Mondiaux pour Léa Serna

Posté le - Actualités

Championne de France en titre, Léa Serna ne participera pas aux championnats du monde de patinage artistique, prévus du 22 au 28 mars à Stockholm. La Fédération française a préféré retenir Maé-Bérénice Méité, avec Maïa Mazzara comme remplaçante. La protégée de Brian Joubert en avait pourtant fait l'un de ses objectifs de la saison. Elle n'avait cependant terminé que 12e de l'épreuve de Tallinn, sorte de répétition générale des Mondiaux. CQFD. 

Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/article-16546/p...
0

0

commentaires

La vaccination en pharmacie s’installe

Posté le - Actualités
<p>Sur la rocade ouest de Poitiers, Zone R&eacute;publique III, une nouvelle signal&eacute;tique est apparue depuis peu. Elle indique le CMSI86, le nouveau Centre m&eacute;dical de soins imm&eacute;diats de la Vienne. Le concept, in&eacute;dit dans le d&eacute;partement, s&rsquo;inscrit &laquo; <em>entre la m&eacute;decine g&eacute;n&eacute;rale et la m&eacute;decine d&rsquo;urgence</em> &raquo;, explique le Dr Jean-Yves Lardeur, l&rsquo;un des initiateurs du projet. Ils sont quatre, deux m&eacute;decins et deux infirmiers qui ont tous l&rsquo;exp&eacute;rience des urgences hospitali&egrave;res. Ils savent donc &laquo; <em>l&rsquo;encombrement des urgences par des soins non programm&eacute;s, des pathologies brutales difficilement absorbables par la m&eacute;decine g&eacute;n&eacute;rale et beaucoup de pathologies qui ne n&eacute;cessitent pas un traitement sur un plateau technique lourd</em> &raquo;, d&eacute;crit le Dr Lardeur.</p> <p>En s&rsquo;inspirant de ce qui se fait d&eacute;j&agrave; dans le Grand-Est, entre autres, les quatre professionnels de sant&eacute; ont donc imagin&eacute; ajouter un maillon &agrave; la cha&icirc;ne &agrave; travers un cabinet m&eacute;dical priv&eacute; d&rsquo;un genre particulier, valid&eacute; par l&rsquo;Agence r&eacute;gionale de sant&eacute; et plac&eacute; sous la codification tarifaire de la m&eacute;decine g&eacute;n&eacute;rale, sans d&eacute;passement d&rsquo;honoraires. &laquo; <em>50% des urgences pourraient &ecirc;tre trait&eacute;es diff&eacute;remment, </em>ass&egrave;ne le m&eacute;decin<em>. Or, un passage aux urgences a un co&ucirc;t moyen de 200&euro; par personne.</em> &raquo;</p> <h3><strong>Plateau technique l&eacute;ger</strong></h3> <p>Inutile de se pr&eacute;senter au CMSI pour un certificat m&eacute;dical ou un renouvellement d&rsquo;ordonnance. Le centre est exclusivement d&eacute;di&eacute; aux &laquo; petites &raquo; urgences. L&rsquo;acc&egrave;s est soit spontan&eacute;, soit le patient y est orient&eacute; par le tout nouveau Service d&rsquo;acc&egrave;s aux soins(*), par son m&eacute;decin traitant ou un sp&eacute;cialiste.</p> <p>Les locaux de 400m2, laiss&eacute;s vides par l&rsquo;entreprise Expad, abritent d&egrave;s &agrave; pr&eacute;sent trois salles d&rsquo;examens, une pharmacie (gr&acirc;ce &agrave; un groupement de coop&eacute;ration sanitaire avec le CHU) et une salle de radiologie, dot&eacute;e d&rsquo;une table mise &agrave; disposition par le CHU et pour laquelle les deux m&eacute;decins ont suivi une formation sp&eacute;cifique. Le plateau technique comprend par ailleurs un &eacute;lectrocardiogramme, des &eacute;quipements d&rsquo;&eacute;chographie, de biologie et du mat&eacute;riel de contention et de suture. &laquo; <em>Nous accueillons la population sans limite d&rsquo;&acirc;ge, comme aux urgences, mais nous n&rsquo;avons pas la solution &agrave; tout </em>&raquo;, note humblement le Dr Lardeur. Le CMSI ne s&rsquo;interdit donc pas de r&eacute;orienter les patients vers d&rsquo;autres professionnels de sant&eacute;.</p> <p>&laquo; <em>Nous avons choisi un site &agrave; distance du centre hospitalier et de la clinique, permettant un acc&egrave;s facile et de proximit&eacute; pour les habitants de Grand Poitiers, du sud de Ch&acirc;tellerault et du Haut-Poitou. Notre objectif est d&rsquo;atteindre 18 000 passages par an dans les cinq ans, ce qui revient &agrave; la prise en charge d&rsquo;une cinquantaine de patients par jour. </em>&raquo; Le CMSI86 est ouvert de 8h &agrave; 20h en semaine et de 9h &agrave; 19h le week-end et les jours f&eacute;ri&eacute;s, avec un m&eacute;decin et une infirmi&egrave;re pr&eacute;sents au quotidien, bient&ocirc;t un secr&eacute;tariat. Il est aussi centre de vaccination Covid-19.</p> <p><em>(*)Dans le cadre du Segur de la sant&eacute;, 22 sites pilotes ont &eacute;t&eacute; retenus pour pr&eacute;figurer le Service d&rsquo;acc&egrave;s aux soins, dont la Vienne.</em></p> <p><em>CMSI86, 1, rue Henri-Le-Chatelier, Zone R&eacute;publique III, Poitiers ; t&eacute;l. 05 49 07 11 82 ; email : cmsipoitiers@gmail.com.</em></p> Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/article-16544/l...
0

0

commentaires

La vaccination en pharmacie s’installe

Posté le - Actualités
<p>Les Nobiliens les plus anciens s&rsquo;en rappellent encore. A l&rsquo;&eacute;t&eacute; 1976, ils &eacute;taient nombreux &agrave; participer au tournage d&rsquo;<em>Un neveu silencieux</em>, l&rsquo;adaptation cin&eacute;matographique d&rsquo;un roman du Poitevin Paul Sabatier. En tant que figurants ou en soutien aux services techniques et &agrave; l&rsquo;h&eacute;bergement. <em>&laquo;&nbsp;Je devais avoir 18 ans, j&rsquo;&eacute;tais notamment charg&eacute; d&rsquo;arr&ecirc;ter les voitures</em>, se souvient Jean-Marc Poirier, 2<sup>e</sup> adjoint. <em>Il y avait une ambiance bon enfant.&nbsp;&raquo; </em>Le film a &eacute;t&eacute; diffus&eacute; l&rsquo;ann&eacute;e suivante sur Antenne 2, dans le cadre de l&rsquo;&eacute;mission Les Dossiers de l&rsquo;&eacute;cran. Mais personne sur la commune ne l&rsquo;a vu&nbsp;! <em>&laquo;&nbsp;Un orage est tomb&eacute; ce soir-l&agrave;, provoquant une vaste coupure de courant dans tout le village</em>, raconte Michel Bugnet, le maire de Nouaill&eacute;-Maupertuis. <em>Et le film n&rsquo;est jamais repass&eacute; &agrave; la t&eacute;l&eacute;&hellip;&nbsp;&raquo;</em></p> <p style="text-align:justify"><strong>Introuvable depuis 45 ans</strong></p> <p style="text-align:justify">R&eacute;alis&eacute; par Robert Enrico (<em>Fait d&rsquo;hiver</em>, <em>Vent d&rsquo;Est</em>), ce long-m&eacute;trage a &eacute;t&eacute; essentiellement tourn&eacute; au ch&acirc;teau de R&eacute;gombert, situ&eacute; &agrave; l&rsquo;entr&eacute;e du village, sur la route de Nieul-l&rsquo;Espoir. Il raconte les vacances dans le Poitou d&rsquo;une famille bourgeoise et du &laquo;&nbsp;petit Jo&euml;l&nbsp;&raquo;, 6 ans, dont la diff&eacute;rence suscite g&ecirc;ne, d&eacute;go&ucirc;t ou scandale. Aux c&ocirc;t&eacute;s des vedettes de l&rsquo;&eacute;poque, Lucienne Hamon et Jean Bouise, le r&ocirc;le du &laquo;&nbsp;petit Jo&euml;l&nbsp;&raquo; &eacute;tait camp&eacute; par Jo&euml;l Dupuis, un enfant rep&eacute;r&eacute; &agrave; l&rsquo;Institut m&eacute;dico &eacute;ducatif (IME) de Mauroc &agrave; Saint-Beno&icirc;t.</p> <p style="text-align:justify">L&rsquo;acteur, originaire de Saint-Julien-l&rsquo;Ars est d&eacute;c&eacute;d&eacute; en fin d&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re. D&eacute;sireuse de lui rendre hommage, la municipalit&eacute; de Nouaill&eacute;-Maupertuis s&rsquo;est donc rapproch&eacute;e de sa famille&hellip; Laquelle avait -surprise- conserv&eacute; une copie du film&nbsp;! <em>&laquo;&nbsp;La s&oelig;ur de Jo&euml;l Dupuis l&rsquo;avait r&eacute;cup&eacute;r&eacute;e aupr&egrave;s de la famille du r&eacute;alisateur</em>, explique Michel Bugnet. <em>Tout le monde cherche ce film depuis des ann&eacute;es, mais personne n&rsquo;avait eu l&rsquo;id&eacute;e de contacter la famille du petit Jo&euml;l.&nbsp;&raquo;</em> C&rsquo;est ainsi que le seul long m&eacute;trage de cin&eacute;ma tourn&eacute; &agrave; Nouaill&eacute;-Maupertuis est retourn&eacute; entre les mains de la commune. Bien que d&rsquo;une qualit&eacute; <em>&laquo;&nbsp;moyenne&nbsp;&raquo;</em>, la copie DVD fera l&rsquo;objet d&rsquo;une projection-d&eacute;bat &agrave; La Passerelle 86.<em> &laquo;&nbsp;On attend que les conditions sanitaires soient plus favorables&nbsp;&raquo;</em>, pr&eacute;cise Nicole Cornilleau, la pr&eacute;sidente du cin&eacute;-club des Vall&eacute;es du Clain. La nostalgie a d&eacute;j&agrave; gagn&eacute; les Nobiliens et raviv&eacute; de nombreux souvenirs. <em>&laquo;&nbsp;Ca a r&eacute;uni la commune &agrave; l&rsquo;&eacute;poque&nbsp;&raquo;</em>, se rappelle Jean-Marc Poirier. Cette copie devrait la r&eacute;unir &agrave; nouveau, 45 ans apr&egrave;s l&rsquo;unique diffusion t&eacute;l&eacute;vis&eacute;e de <em>Un neveu silencieux</em>.</p> Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/article-16545/l...
0

0

commentaires

La vaccination en pharmacie s’installe

Posté le - Actualités
<p>A Poitiers, le mus&eacute;e Sainte-Croix est ferm&eacute; depuis le 
30 octobre. Enfin ferm&eacute;&hellip; aux fl&acirc;neries du public&nbsp;seulement&nbsp;! Si le premier confinement a laiss&eacute; les m&eacute;diateurs culturels interdits, depuis ils ne s&rsquo;interdisent plus rien et multiplient les initiatives sur Internet et les r&eacute;seaux sociaux. <em>&laquo;&nbsp;On n&rsquo;existe que par le virtuel, alors autant l&acirc;cher les chevaux</em>, lance St&eacute;phanie Coussay, m&eacute;diatrice pr&eacute;pos&eacute;e, avec enthousiasme, au num&eacute;rique et &agrave; l&rsquo;infographie. <em>Cela nous oblige &agrave; &ecirc;tre cr&eacute;atifs.&nbsp;&raquo;</em> Et &agrave; imaginer de nouveaux outils pour aller chercher les visiteurs chez eux. Pour le c&ocirc;t&eacute; technique, <em>&laquo;&nbsp;nous faisons tout en interne, &agrave; partir d&rsquo;outils num&eacute;riques en acc&egrave;s libre&nbsp;&raquo;</em>. Pour le reste, l&rsquo;&eacute;quipe, compos&eacute;e des m&eacute;diatrices St&eacute;phanie Coussay et M&eacute;lanie Maingan-Sachon et de sept vacataires investis, ne manque ni d&rsquo;imagination ni de fantaisie. <em>&laquo;&nbsp;&Ccedil;a mouline beaucoup, </em>sourit la premi&egrave;re. <em>Mais derri&egrave;re tout ce que nous mettons en place, il y a la volont&eacute; de donner une id&eacute;e de la richesse de nos collections et de capter un public qui ne nous connaissait pas avant.&nbsp;&raquo;</em></p> <p>En fin d&rsquo;ann&eacute;e derni&egrave;re, l&rsquo;&eacute;quipe a mis au point un calendrier de l&rsquo;Avent, virtuel &eacute;videmment. Lequel a lui-m&ecirc;me inspir&eacute;, pour le 25 d&eacute;cembre, un escape game, &laquo;&nbsp;A la rescousse de Camille&nbsp;&raquo;. Ou comment visiter de fa&ccedil;on ludique -et &agrave; distance- les salles du mus&eacute;e.</p> <h3><strong>Jamais &agrave; court d&rsquo;id&eacute;es</strong></h3> <p>D&rsquo;une id&eacute;e &agrave; l&rsquo;autre, elle s&rsquo;est ensuite lanc&eacute;e dans des vid&eacute;os directement inspir&eacute;es de D&rsquo;art d&rsquo;Art (France 2). Les Coups d&rsquo;&oelig;il au mus&eacute;e s&rsquo;appuient sur un format ultra-court (2 min), id&eacute;al pour une diffusion aupr&egrave;s des 
5 500 abonn&eacute;s Facebook et 1 000 followers Instagram du mus&eacute;e. Chaque &eacute;pisode -la premi&egrave;re saison en compte cinq- met en avant une &oelig;uvre ou un objet embl&eacute;matique d&rsquo;une p&eacute;riode. <em>&laquo;&nbsp;On a le point de vue d&rsquo;un historien d&rsquo;art ou d&rsquo;un arch&eacute;ologue, mais avec une vision d&eacute;cal&eacute;e, de notre temps, toujours dans le respect de l&rsquo;&oelig;uvre.&nbsp;&raquo; </em>En r&eacute;sum&eacute;, pas question d&rsquo;&ecirc;tre r&eacute;barbatif ou pontifiant, d&rsquo;autant que <em>&laquo;&nbsp;m&ecirc;me dans des &oelig;uvres du Moyen Age, on peut d&eacute;celer des clins d&rsquo;&oelig;il laiss&eacute;s par les artistes&nbsp;!&nbsp;&raquo;.</em></p> <p>La derni&egrave;re-n&eacute;e des animations, imagin&eacute;e par la &laquo;&nbsp;Team Paillettes&nbsp;&raquo; form&eacute;e de Margot, Cindy et Ellen, se pr&eacute;nomme &laquo;&nbsp;Artichaut, le dr&ocirc;le de magazine qui &eacute;pluche l&rsquo;art avec les enfants&nbsp;&raquo;. Il propose tous les mercredis aux plus jeunes - sans limite d&rsquo;&acirc;ge- d&rsquo;acc&eacute;der &agrave; l&rsquo;histoire de l&rsquo;art. Inventif, instructif, plein de couleurs et de clics tous azimuts, l&rsquo;outil est particuli&egrave;rement attractif.</p> <p>La joyeuse &eacute;quipe n&rsquo;entend toutefois pas s&rsquo;arr&ecirc;ter l&agrave;. Les journ&eacute;es mondiales de ceci ou de cela, No&euml;l, la Saint-Valentin, bient&ocirc;t la Journ&eacute;e internationale des droits des femmes le 8 mars&hellip; Toutes les occasions sont bonnes pour <em>&laquo;&nbsp;cr&eacute;er une communaut&eacute; autour du mus&eacute;e &raquo;</em>, avec laquelle co-dessiner son futur visage. A ce propos, il n&rsquo;est pas trop tard pour participer &agrave; l&rsquo;enqu&ecirc;te &laquo;&nbsp;Quel mus&eacute;e &agrave; Poitiers pour demain&nbsp;? &raquo;.</p> <p><em>Toutes les infos sur Facebook Mus&eacute;e Sainte-Croix, Poitiers.</em></p> Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/article-16527/l...
0

0

commentaires