Give me liberty

Posté le - Actualités
Réalisateur(s) Kirill Mikhanovsky USA 2019 1h51 comédie Chris Galust, Lauren 'Lolo' Spencer, Darya Ekamasova Sortie nationale tout public Vic, malchanceux jeune Américain d’origine russe, conduit un minibus pour personnes handicapées à Milwaukee. Alors que des manifestations éclatent dans la ville, il est déjà très en retard et sur le point d’être licencié. A contrecœur, il accepte cependant de conduire son grand-père sénile et ses vieux amis Russes à des funérailles. En chemin, Vic s’arrête dans un quartier afro-américain pour récupérer Tracy, une femme atteinte de la maladie de Lou Gehrig. C’est alors que la journée de Vic devient joyeusement incontrôlable. Version VOST Distributeur Wild Bunch Critique http://www.lebleudumiroir.fr/critique-gi... nouveau film du réalisateur russe se consomme frénétiquement. Give Me Liberty nous fait découvrir une Amérique invisible : celle des retraités, des handicapés et des délaissés. Plus que montrée, cette frange de la société est la seule qu’il nous est possible de voir dans le film. Pas question, ici, de faire rire par le truchement d’une confrontation entre classes sociales. Les passagers de Vic se rencontrent et interagissent. Créant des situations drôles et parfois suprenantes, Kirill Mikhanovsky arrive, avec tous ces personnages, à créer un joyeux groupe qui donnera au film de claires allures de feel good movie. www.critique-film.fr Sorte de road-trip lancé à toute vitesse, Give Me Liberty emporte son spectateur dans une tornade furieuse qui ne s’arrête jamais. (...) Inspiré par sa propre vie de chauffeur, Kirill Mikhanovsky propose un film certes inégal mais qui brille par son authenticité. Porté par des acteurs attachants, le film offre une fable optimiste sur le vivre ensemble. Give Me Liberty capte le tourbillon de la vie, fait d’accidents, d’imprévus et de rencontres joyeuses qui rendent l’existence un peu plus facile. www.lebleudumiroir.fr On rit beaucoup dans cette camionnette déglinguée. Les personnages sont tous aussi attachants qu’absurdes et nous invite à entrer dans leur microcosme chaleureux et désorganisé. Le jeu de sept familles recomposé du début du film prend une tournure plus politique dans la deuxième partie, qui propose une vision sociale forte et symbolique à travers des scènes qui se teintent alors de noir et de blanc pour laisser la lumière rayer les visages. Emouvant et drôle, Give Me Liberty est une pépite d’humanité qui doit sa beauté autant à son scénario qu’à son casting impressionnant de justesse. maze.fr Prix Sélection Quinzaine des réalisateurs (Cannes 2019) / Sélection Sundance 2019 Bande annonce (lien Allo Ciné) https://www.youtube.com/watch?v=tv3JsWgj... Plus d'informations : http://le-dietrich.fr/film/give-me-liber...
0

0

commentaires

Her smell

Posté le - Actualités
Réalisateur(s) Alex Ross Perry USA 2018 2h15 drame Elisabeth Moss, Eric Stoltz, Cara Delevingne Sortie nationale tout public Années 90. Becky Something, leader charismatique du groupe punk rock féminin « Something She », est devenue une superstar. Quand ses excès font dérailler la tournée européenne du groupe, son entourage cherche désespérément un moyen pour la gérer... Version VOST Distributeur Potemkine Critique Après Queen of Earth et Golden Exits, Alex Ross Perry frappe fort avec ce film aux faux airs de biopic (on ne peut s’empêcher de penser à Courtney Love). Certes, soyons honnêtes, un peu trop fort dans sa première partie – descente aux enfers de Becky Something (incroyablement interprétée par Elisabeth Moss qui avoue elle-même que son rôle dans Her Smell a de loin été son plus difficile). Mais il n’en reste pas moins que ce portrait d’une artiste abîmée par le succès, avec ses rapports douloureux à ses proches (impeccable casting de seconds rôles) et sa difficile résurrection dégage une ambiance toute particulière à la fois excessive et sensible qui ne nous a pas laissés indifférents. Le Dietrich Est-il possible au fond, de dissocier la grandeur d'un talent et l'atrocité d'une personnalité abjecte, comme si les facultés innées et reconnues d'une chanteuse, pouvait presque servir d'alibi à un comportement férocement répréhensible et toxique ? Dès lors, la caméra intime et presque personnage à part entière (elle cherche à être au plus près de Becky tout autant qu'elle cherche souvent à la fuir, ne tolère pas plus qu'elle ne lui pardonne ses excès), de Perry, pourrait se voir comme le témoin d'une artiste qui n'est plus elle-même, dont la muse est le désordre, et dont la transcendance sur scène exige qu'elle soit profondément au fond du trou quand elle n'y est plus. Une vraie rockstar, dans toute l'auto-destruction et le génie qui la caractérise. fuckingcinephiles.blogspot.com Her smell ne laissera pas de marbre les spectateurs, loin de leur proposer un sentier balisé ou un énième biopic avec de nombreux numéros musicaux et un regard pas toujours juste et sensible sur des artistes borderline abimés par l’alcool et autres prises de substances illégales les détruisant peu à peu.(...) En nous narrant la chute d’une star du punk (...) incarnée à la perfection par Elisabeth Moss (série The Handmaid's Tale : La Servante écarlate ; High Rise (2015), The Square (2017), Us (2019)...), Her smell porte un regard plutôt négatif sur l’industrie musicale dans laquelle de nombreux artistes semblent ne pas arriver à encaisser un succès retentissant et sombre peu à peu dans la drogue quitte à faire sombrer leur carrière et entrainer dans leur chute leurs proches. mulderville.net Infos pratiques Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs. Bande annonce (lien Allo Ciné) https://www.youtube.com/watch?v=G90k2qkT... Plus d'informations : http://le-dietrich.fr/film/her-smell
0

0

commentaires

Séance discussion / Et je choisis de vivre

Posté le - Actualités
À 21h. Nous vous proposons une séance unique du documentaire ET JE CHOISIS DE VIVRE, un film à la fois sensible, émouvant et rempli d'espoir à découvrir jeudi 27 juin à 21h. Le film sera suivi d'une discussion avec Andrée Chevrier, psychologue au CHU de Poitiers et vice-présidente de l'association Vivre son Deuil Poitou-Charente et Gérard Jon de l’association Jonathan pierres vivantes. Date Jeudi 27 juin 2019 Infos pratiques TARIFS HABITUELS. Plus d'informations : http://le-dietrich.fr/evenement/seance-d...
0

0

commentaires

Night on earth

Posté le - Actualités
Retrospective Jim Jarmush Réalisateur(s) Jim Jarmusch France, Grande-Bretagne… 1991 2h05 comédie drame Gena Rowlands, Winona Ryder, Armin Mueller-Stahl tout public 5 histoires de taxis se déroulant simultanément dans 5 villes du monde. À Los Angeles, une directrice de casting propose un rôle à la jeune femme qui conduit le taxi. À New York, la complicité entre un chauffeur de taxi et son client. À Paris, la conversation entre un chauffeur noir et une passagère aveugle. À Rome, les confidences d'un conducteur bavard au prêtre qui se trouve dans son véhicule. À Helsinki, trois fêtards montent dans un taxi. Version VOST Distributeur Les Acacias Critique Night on Earth demeure l'un des films les plus insolites de son auteur, original, merveilleusement mis en scène avec un festival de couleurs et une distribution iconoclaste. À travers la légèreté de certaines scènes, le cinéaste traite de la rencontre entre marginaux, de la solitude, de l'intégration, du droit à la différence, du besoin de parler et de se confesser, avec beaucoup de poésie, un humour désopilant et une chaleur humaine communicative. cinema.jeuxactu.com Jarmusch ne filme ni des idées, ni des sujets, ni des allégories. Simplement des personnages (animés avec un sens aigu du croquis et de la direction d'acteurs, particulièrement à l'œuvre ici), des lieux, des ambiances. Et des rencontres. […] Toute rencontre est magique et porteuse de potentialités infinies, et que toute certitude est relative face à celle de l'autre. La revue du cinéma Prix VERSION RESTAURÉE Bande annonce (lien Allo Ciné) http://www.allocine.fr/video/player_gen_... Plus d'informations : http://le-dietrich.fr/film/night-earth
0

0

commentaires

La Grand-messe

Posté le - Actualités
Réalisateur(s) Méryl Fortunat-Rossi et Valéry Rosier France, Belgique 2018 1h10 documentaire tout public Des Ardennes au col d’Izoard, le long des départementales et sur les sentiers escarpés, une nuée de camping-cars s’élance pour célébrer le Tour de France. Le soleil réchauffe, les transats sont sortis, les copains arrivent : c’est l’été, la Grand-Messe commence ! Un regard drôle, attendrissant et poignant sur ces passionnés de la plus grande course cycliste du monde. Un bijou documentaire, quelque part entre Jacques Tati et "Strip-Tease". Version VF Distributeur Docks 66 / Ligne 7 Critique Les deux réalisateurs et amis Méryl Fortunat-Rossi et Valéry Rosier ont décidé de filmer là où peu de caméras regardent, le contre-champ de l’action cycliste. Les spectateurs du Tour de France sont pourtant des milliers à chaque rendez-vous à s’installer aux endroits stratégiques pour assister à cette fête du vélo, passer quelques secondes à la télévision, récupérer les cadeaux des sponsors... Les réalisateurs, qui sont eux-mêmes des amoureux de la grande boucle, ont voulu éclairer l’autre côté de la barrière, les fidèles parmi les fidèles. C’est un message d’amour dénué de voyeurisme, attendrissant, drôle et poignant. www.rtbf.be Bande annonce (lien Allo Ciné) http://www.allocine.fr/video/player_gen_... Plus d'informations : http://le-dietrich.fr/film/la-grand-mess...
0

0

commentaires