Chasseurs de fuites

Posté le - Actualités
La déperdition d’eau potable dans les canalisations trouées est une source importante de gaspillage. Elle représente 1 litre sur 5 à l’échelle nationale. A Poitiers, une équipe d’agents traque les fuites en sous-sol grâce à un dispositif d’écoute très ingénieux.

Chaque matin, le même rituel se répète au centre technique communautaire. Devant son écran d’ordinateur, Stéphane Pasquier visualise une carte de Poitiers sur laquelle figurent des balises vertes ou rouges. D’un seul coup d’œil, cet agent spécialisé dans la recherche de fuites dispose d’une vue globale sur toutes les déperditions potentielles détectées pendant la nuit sur le réseau d’eau potable. Comment ? Entre 2014 et 2016, Grand Poitiers s’est progressivement doté de dispositifs d’écoute installés sous le sol, directement sur les canalisations en fonte, qui offrent la meilleure résonance : 661 appareils exactement, réparties sur 600km de réseaux. Invisibles depuis la voie publique, ces grandes oreilles se mettent en route toutes les nuits, entre 2h et 3h, et captent les bruits inhabituels de gouttes ou de filets d’eau. Cet investissement de 400 000€ a radicalement changé les conditions de travail des trois membres de l’équipe de recherche de fuites. « Auparavant, il nous fallait six mois pour parcourir l’ensemble du réseau, se souvient Stéphane Kriesmann, dans le service depuis treize ans. On allait écouter sur place. Si un tuyau cassait le lendemain de notre passage, on le voyait au moment où l’eau sortait sur la voie publique. Aujourd’hui, on signale la fuite importante aux collègues de la régie qui la réparent dans la journée. » 1 million de m3  économisé Chaque point rouge sur l’écran entraîne quasi-systématiquement une intervention. Sur place, les « chasseurs de fuites » quadrillent l’endroit avec des « loggers ». Pour cibler encore un peu plus l’objectif, ils utilisent un « aquaphone », sorte de stéthos- cope géant qui se plaque contre le sol. Casque sur les oreilles, les agents atteignent une précision ultime. « Un mètre, ça compte quand les collègues creusent le revêtement avec la mini-pelle. Dans 98% des cas, on est bon », assure Stéphane Pasquier. Ces nouveaux moyens techniques ont eu un effet colossal. « Les déperditions d’eau ont largement diminué, se félicite Laurent Lucaud, élu en charge de la Régie d’eau. Le rendement est passé de 74,4% en 2013 à 87,9% fin 2016. Autrement dit, c’est un million de mètre cube que nous n’avons pas prélevé dans la nature (sur un total de 9 millions de m3, ndlr). » Au final, seuls cinq kilomètres de canalisations en moyenne sont remplacés chaque année sur le territoire de l’ancienne agglo- mération à treize communes. En revanche, pour un déploiement sur l’ensemble de la communauté urbaine à « 40 », il faudra attendre l’harmonisation des pratiques avec Eaux de Vienne, qui co-gère les réseaux.

Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/enquete/2722/ch...
0

0

commentaires

Indiscrète : rendez-vous le 23 novembre

Posté le - Actualités
Christelle Bois et Béatrice Mongella, co-dirigeantes de la lingerie chauvinoise Indiscrète avaient rendez-vous ce matin au Tribunal de commerce de Poitiers, pour faire un point de situation sur la santé de l'entreprise, en redressement judiciaire depuis le 24 juillet. Visiblement, l'audience s'est bien déroulée. « Au vu des résultats de la trésorerie, le président a calé une prochaine audition au 23 novembre prochain, confie Béatrice Mongella. La campagne de soutiens porte ses fruits. Nous avons même dû recruter sept nouvelles ouvrières pour faire face à l'afflux de commandes. » A ce jour, près d'une soixantaine de repreneurs potentiels se sont manifestés auprès du mandataire judiciaire. La fin du dépôt des candidatures est prévue le 5 octobre, l'échéance ayant été repoussée de quinze jours. « Plus il y aura de dossiers, plus nous aurons de chances de trouver des gens prêts à s'investir. » Un sujet sur Indiscrète devrait être diffusé ce soir au JT de TF1, tandis que 7 à 8, toujours sur TF1, a prévu de dédier un long reportage aux ouvrières de la manufacture, ce dimanche. « Le mot d'ordre pour nous, c'est vraiment d'inciter les clientes à acheter sur notre site Internet ou de se rapprocher des conseillères… »     Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/depeche/7560/in...
0

0

commentaires

Le projet de territoire présenté ce soir

Posté le - Actualités
Grand Poitiers présente ce soir, à La Hune de Saint-Benoît, son projet de territoire, sorte de fil conducteur de son action pour les prochaines années. Tous les habitants de la communauté urbaine sont invités à y participer. Inscriptions sur invitations@grand-poitiers.fr Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/depeche/7559/le...
0

0

commentaires

Basket/coupe de France - Le PB sans souci à La Rochelle (74-62)

Posté le - Actualités
Pour son premier match officiel de la saison, le PB86 a aassuré. Sur le parquet de La Rochelle, les hommes de Ruddy Nelhomme se sont imposés avec autorité (74-62), dans le cadre des 64es de finale de la coupe de France. Si Warren Niles a été performant en attaque (22pts), tous ses coéquipiers ont été au diapason en défense. A confirmer mardi prochain, avec la réception de Quimper en Leaders cup. Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/depeche/7558/ba...
0

0

commentaires

Ecoles-Ville : chronique d’une incompréhension

Posté le - Actualités
Plusieurs directeurs d’écoles publiques de Poitiers se sont émus de ce que le nombre de trajets en bus pourrait désormais être limité, réduisant les sorties scolaires. En réalité, il n’en sera rien. Explications.

« Nous venons d’apprendre, avec surprise, que les déplacements des classes en bus de ville Vitalis étaient désormais limités. (...) Par conséquent, nous devons déjà envisager la suppression de trois sorties de classes prévues dans le cadre de la fête de la Science au mois d’octobre. » Le courriel adressé par ce directeur d’une école primaire de Poitiers, le 11 septembre, a jeté un froid parmi les parents d’élèves. Et une vraie interrogation sur la limitation à « 2 allers-retours (2,5 en réalité, ndlr) par élève pour cette fin d’année civile ». « Tous les directeurs n’ont pas répondu » La Ville aurait-elle l’intention de réaliser des économies ?... Pas du tout, selon Ghislaine Rouxel, directrice éducation-égalité des chances à la Mairie de Poitiers. Jusque-là, chaque école était dotée d’un « certain nombre de trajets » en fonction du nombre d’élèves -6 300 à Poitiers-, avec des ajustements possibles selon les besoins. Mais avec le passage à la billettique électronique chez Vitalis, les Vpass s’imposent désormais. « Nous en avons informé les directeurs d’écoles en février dernier, puis un document de recensement de leurs besoins a été transmis en mars. Les VPass ont été crédités de cette manière. Malheureusement, tous les directeurs n’ont pas répondu lorsque nous avons réalisé l’estimation... » 685 voyages par an Ghislaine Rouxel estime qu’avec les vacances de la Toussaint et de Noël, « 2,5 trajets par enfant devraient suffire » jusqu’à la fin de l’année civile. « Il n’est pas question d’annuler une sortie, nous tiendrons compte de toutes les remontées au cas par cas. » Une école a déjà contacté le service pour réaliser un ajustement. Globalement, le budget prévu par la Ville en 2019 s’élèvera à 23 100€ (22 850€ en 2018, ndlr). Ce qui correspond à 685 voyages contre 457 cette année. Ce chiffre ne tient pas compte des transports gérés en direct par le service des Sports, qui propose onze disciplines sur le temps scolaire. Excentrée, l’école du Breuil-Mingot bénéficie d’un traitement plus favorable.

 

 

Plus d'informations : http://www.7apoitiers.fr/enquete/2720/ec...
0

0

commentaires